Billetterie Théâtre de la Tête Noire : Réservez votre billet

Avril

Avril

  • Ven. 7 févr. à 10 h + autres dates
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

En collaboration avec le Théâtre Gérard Philipe d'Orléans - La Source


Avril, enfant solitaire, a peur du loup. Surtout depuis qu’il sait que le loup peut s’aplatir pour passer sous sa porte de chambre !
Avril n’a qu’un papa et ne sait pas pourquoi sa maman n’est plus là. Celui-ci n’ose plus affronter le monde du dehors, ni les autres qui le renvoient à cette absence. Souvent, Avril rate l’école et passe ses journées avec Stéphane Dakota, son ami imaginaire, un « cowboy des États-Unis ». Alors quand Islid, enseignante à domicile, débarque dans cette famille bancale, un nouveau souffle de vie surgit. La torpeur s’évanouit, la vie redevient possible.
Avec drôlerie, c’est une histoire qui parle de nous, enfants ou grands, qui raconte la difficulté de passer les épreuves, de grandir, d’avancer malgré tout. Histoire de manque et de peur, ce conte contemporain rappelle que l’imagination est parfois nécessaire pour vivre la réalité.


La Honte

La Honte

  • Ven. 14 févr. à 19 h
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

UN TEXTE, SINON RIEN !
Pour la troisième saison, le comité de lecture du Théâtre de la Tête Noire vous propose de découvrir des textes reçus et aimés au comité.
Des pièces contemporaines inédites, encore jamais créées, mise en espace par un.e metteur.se en scène accompagné.e d’un collectif d’acteur.rice.s.


----


Un professeur d’université d’une cinquantaine d’années, Louis Storck, couche un soir avec une de ses doctorantes, Géraldine Ruben, venue à son domicile lui poser des questions sur l’avancement de sa thèse. Après quelques semaines, l’étudiante signale le comportement du professeur à l’Université. S’organise alors sur le campus une commission d’instruction, rendue publique pour plus d’impartialité, afin de déterminer l’accusation qui pèse sur le professeur.
Agression sexuelle, incompréhension, affaire de domination masculine ou tentative délibérée de séduction féminine ?


Dans un récit où la question du consentement reste en suspens, disséquée au vu et au sus du public venu assister aux travaux de la commission, elle interroge sur les rapports de force Homme-Femme... et divise. Pièce sous forme de procès, La Honte est un récit performatif au cours duquel le public est impliqué en tant que témoin, et invité, comme au sein de la commission, à décider sur quel camp devra s’abattre la honte.


Le Petit cabaret faisandé

Le Petit cabaret faisandé

  • Ven. 6 mars à 19 h 30 + autres dates
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

On dit d’Ariane von Berendt qu’elle est un drôle d’objet sorti des temps révolus.
Avec une pointe d’autodérision, à travers ses mots ou ceux des autres, guidée par ses amis Éros et Thanatos, elle devient sur scène une chose inquiétante. Tour à tour empoisonneuse, aphamégame, veuve noire ou femme vénale, voire plus femme du tout, elle rend hommage à la liberté jusqu’à l’incartade, oscillant entre la chanson française, la musique baroque, et ses propres compositions.
De Paris à Moscou, de Bruxelles à Orléans en passant par la Bretagne et la Lorraine, Ariane von Berendt alterne entre le russe, l’allemand, le serbe, le yiddish, l’anglais, l’italien… et le français. Prix des Jeunes Talents d’Orléans, Palme d’argent et Prix du Public du Festival des chanteurs de rue de Quintin, on a pu la voir dans le « Fil d’Ariane » du Théâtre de la Tête Noire.


Alice

Alice

  • Mer. 11 mars à 15 h + autres dates
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

Inspiré par l’univers magique et déroutant d’"Alice au pays des merveilles" et d’"Alice de l’autre côté du miroir", de Lewis Carroll, petits et grands sont invités à entrer dans le terrier du lapin blanc afin de vivre une expérience théâtrale immersive.


Dans un cadre fantastique fait de lumières, de sons, de couleurs, de textures et de senteurs, et où les accessoires de la scène peuvent être explorés par le public, les acteur.rice.s manipulent les quelques figures emblématiques de l’univers de Lewis Carroll : La Chenille, Le Chapelier, La Reine Rouge… au son d’une musique live pour une plongée dans l’absurde et l’étrange.


Sweetie

Sweetie

  • Mar. 24 mars à 20 h 30
  • Théâtre d'Orléans - Orléans

En collaboration avec le Centre dramatique national d'Orléans


La voix d’une femme. Un monologue. Une farce drôle et méchante portée magnifiquement par l’actrice Vanda Benes. Une mère interpelle une certaine « Sweetie », figure muette dont on ignore si elle est réelle ou fantomatique. La mère se plaint de bruits divers, envahissants… Ces bourdonnements proviennent-ils du voisinage ou de son propre jardin ? Sont-ce ses enfants qui sont à l’origine de ces grondements ? Par digressions, au gré d’obsessions et de fantasmes, le texte nous mène au cœur de sa pensée matricide.


"Sweetie" est un poème paranoïaque prenant tour à tour pour cible les rassemblements d’enfants (agglutinements), l’ombre, les voisins, le mélange, la langue... qui opère des boucles de plus en plus serrées, de plus en plus violentes. Mais "Sweetie" ne parle peut-être pas que d’une mère et de ses enfants. "Sweetie" est peut-être une parabole. Cela peut tout aussi bien être l’ultime discours du dernier mandat d’une dictatrice.


Temps Modernes

Temps Modernes

  • 25 et 26 mars 2020 à 19 h 30
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

En collaboration avec le Centre dramatique national d'Orléans


Dans une langue à la fois brutale et poétique, "L’Entretien" est une pièce chorale qui s’articule autour de la parole et des pensées de trois femmes, figures emblématiques d’une grande entreprise : la cheffe d’entreprise, la mère syndicaliste et sa fille qui passe l’entretien d’embauche.


"Krach", texte qui succède à "L’Entretien", monologue à l’écriture abrasive, porte sur l’aliénation du travail décortiquée à travers la chute d’un salarié. Employé modèle, il est confronté à son propre désir d’ascension et de reconnaissance sociale mais est pris dans les rouages d’un système qui l’efface plus vite qu’il ne l’a façonné.


Rapprocher ces deux textes, écrits à quelques années d’intervalle, c’est donner une lecture quasi historique du monde du travail et de la place qu’il accorde à l’humain, en ce début de XXIe siècle.


Saint-Félix

Saint-Félix

  • Jeu. 2 avril à 19 h 30
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

"Saint-Félix" naît d’une enquête menée dans un hameau du même nom, avec son église, son cimetière, ses belles maisons blanches et ses champs à perte de vue. Ce pourrait aussi bien être Gidy, Vennecy ou Ardon dans le Loiret... Au fil des mois, Élise Chatauret et son équipe ont rencontré les habitant.e.s de ce petit village, partagé leur quotidien, écouté leurs histoires, simples, lucides, violentes parfois.


Sur scène, quatre comédien.ne.s se lancent dans la reconstitution de Saint-Félix qui devient un endroit semi-réel, semi-imaginaire, miroir des tensions et transformations du monde moderne. L’enquête peu à peu se resserre et le fantôme d’une jeune femme morte au village vient hanter tous les esprits. Entre documentaire et fiction, conte et investigation, de l’illusion du diorama au théâtre de marionnettes, Saint-Félix interroge les fantasmes du regard citadin devant ce « paradis perdu ».


Tout ça tout ça

Tout ça tout ça

  • Ven. 10 avril à 10 h + autres dates
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

C’est l’été. La radio crie ses scoops. La télé compile ses buzz. Ehsan, douze ans, a disparu. Un petit mot posé sur son lit dit son encombrement face à un monde où la banquise fond, où les ours blancs vivent dans les hypermarchés et où les terroristes mitraillent. Ehsan en a marre, Ehsan dit qu’il s’en va.


Sa petite soeur Chalipa, Samantha la baby-sitter, ainsi que deux alliés de choix, le tout petit Nelson et le débonnaire Salvador, cherchent à le retrouver. Et si Ehsan s’était enfermé dans le bunker du jardin de sa maison ? Et s’il disait définitivement ciao au monde ?


Après une longue journée d’actions, faite de nouilles au beurre, de manif positive et tutti quanti, il faudra pourtant bien qu’à la nuit tombée les quatre héros acceptent de se confronter aux questions posées par l’exil symbolique d’Ehsan. Pour mieux l’aider, peut-être, à embrasser demain. Un texte vif, joyeux, et parfois grave, transcendé par la force du collectif.


Le voyage de Penazar

Le voyage de Penazar

  • Mar. 28 avril à 20 h 30
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

« Je suis parti de Java au XIIIe siècle. Vous allez me croire ou vous allez vous fendre la gueule. » Ainsi parle Penazar venu aux portes de notre modernité raconter son histoire. Huit siècles que son Maître est mort, huit siècles que lui, son serviteur, a quitté cette époque pour un long voyage vers le XXIe siècle : sans cesse il meurt, et sans cesse il renaît, il se fatigue, perd la mémoire, mais reste fidèle à son Prince.


Après quoi court-il ? Son identité ? Le sens de la vie ? Il nous rappelle que l’éternel n’est pas durable et que le monde des légendes cherche à entrer en contact avec nous pour nous dire quelque chose. Celui qui sait être touché par ce qui nous survit – l’amour, la tristesse, les couleurs du monde – ne tutoie-t-il pas l’éternel ?


"Un conte qui nous emmène à travers les siècles et les contrées, les bas-fonds et les palais, la poésie et la trivialité, découvrant dans les fragments de l’anecdote la grandeur et la misère des hommes." La terrasse, Gwénola David.


Amitié

Amitié

  • Mar. 5 mai à 19 h 30 + autres horaires
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

C’est l’histoire d’un trio. Cloé, Matia et Luca. Un trio qui forme une bande soudée. Ils se chamaillent, se font peur, se rassurent, s’amusent, rêvent, chantent et dansent. C’est l’histoire d’une amitié, d’une rencontre aux prémices de l’adolescence. Cette micro société enfantine va connaître des instants forts, des alliances mouvantes, des moments de complicité et d’amour.


À partir de paroles collectées et de textes de Philippe Dorin, Catherine Verlaguet et Sylvain Levey, le Théâtre des Trois Clous explore les relations d’amitié chez les enfants en s’interrogeant sur ce lien unique si constitutif de nos vies : plaisir d’une amitié partagée, la souffrance de l’absence, l’ambiguïté des sentiments.


Midi nous le dira

Midi nous le dira

  • Jeu. 14 mai à 19 h 30 + autres horaires
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

Najda Kermarrec, dix-huit ans, attend. Le bac approche mais l’imminence de l’examen la préoccupe beaucoup moins que celle des résultats de la commission de sélection des jeunes espoirs de foot. À midi, Najda saura si elle est choisie pour jouer lors de la prochaine Coupe du monde de foot féminin U20, en 2018.


En attendant, Najda se filme avec son téléphone et réalise une vidéo « My future self ». Elle s’adresse alors à son aînée de dix ans, la Najda qu’elle sera en 2027. Dans sa voix, résonnent celles de toutes les femmes qui l’entourent, sa mère, sa grand-mère, son arrière-arrière grand-mère, lui transmettant leurs histoires, leurs rêves, leurs renoncements. Assistée de son double virtuel et de ces différentes générations de femmes, Najda relie les époques. Et midi sonne…


Dialogues avec l'eau, les arbres et les oiseaux

Dialogues avec l'eau, les arbres et les oiseaux

  • Sam. 13 juin à 17 h
  • Théâtre de la Tête Noire - Saran

UN TEXTE, SINON RIEN ! N°3
Laboratoire : textes et paysage


Pendant une semaine un collectif de comédien.ne.s s’associera avec auteurs et autrices de théâtre écrivant pour la jeunesse, invitera plasticiens et bricoleurs savants, dans la perspective d’élaborer pour le festival Théâtre sur l’Herbe une proposition artistique ludique incluant textes, jeux et arts plastiques.


Il s’agira de faire de l’espace public, en l’occurrence le Parc du Château de l’Étang, le temps d’un week-end, un lieu magique de découvertes en famille des textes d’aujourd’hui écrits pour l’enfance et la jeunesse.


Les dialogues avec l’eau, les arbres et les oiseaux seront au centre de ce grand poème que nous écrirons à plusieurs mains, à plusieurs voix, pour les milliers de spectateurs du festival.
Des groupes de public seront associés en amont à la préparation de cette performance littéraire, dans la continuité de Lire et dire le théâtre en famille(s) et des projets de territoire proposés chaque saison par le Théâtre de la Tête Noire.


Festival Théâtre sur l'Herbe

Festival Théâtre sur l'Herbe

  • Du 26 au 28 juin 2020 à 19 h
  • Théâtre de la Tête noire - Saran

Quand une édition se termine on se dit « Que c’est long ! Trois ans à attendre pour le prochain festival » et puis deux ans après « Eh ! mais 2020, c’est demain ! ». Heureusement notre machine à rêves n’a rien à voir avec les exigences de calendrier ! L’édition 2020 galope en imagination depuis longtemps dans nos têtes comme un cheval indocile près à sortir de son box.


Nous allons écrire et faire écrire des auteur.rice.s pour cet inspirant Parc du Château de l’Etang. Nous allons créer des cabanes à lire avec la complicité de plasticien.ne.s, de bricoleurs savants, de comédien.ne.s, d’éditeur.rice.s et avec la participation des établissements scolaires, des associations d’habitant.e.s et du public du festival. Nous allons concevoir des arbres – bibliothèques, des salons de lectures perchés, des bateaux détecteurs de trésors.


Et puis des grands spectacles de jour comme de nuit, des spectacles doux, calmes, tendres. De ceux qui reposent et qui proposent une pause dans la vie trépidante, à la fin de la saison, après les examens, juste avant les vacances.
Des propositions disséminées dans tout le parc pour que la balade soit belle, étonnante, poétique. Pour les petit.e.s comme pour les grand.e.s, réuni.e.s, assis.es dans l’herbe ou sur un gradin. De jour comme de nuit, entre chien et loup, et même dès potron-minet : théâtre, musique, danse, cirque…